Au ras des Pâquerettes…

Chère Manuela,

Tu fais partie de ces rencontres faites sur les réseaux sociaux qui nous marquent à jamais. Je dis « rencontres » même si ce n’est que virtuel en soi. Je vais nuancer un peu : l’achat de livre ne l’était pas. Mais sans les réseaux sociaux je ne l’aurais jamais pris, je ne sais même pas si j’en aurais entendu parler.

Il y a des personnes qui ne comprennent pas l’engouement que l’on peut avoir pour les réseaux sociaux. La rencontre avec ton histoire la justifie pourtant au-delà de tout.

Alors quand quelqu’un touche à nos tweetos, il se forge une solidarité virtuelle qui démontre que ceci est bien réel.

Ton livre, ton histoire, ton blog m’avaient beaucoup touchée et marquée, tu avais déjà fait l’objet d’un coup de cœur, ici. J’insistais sur ton autodérision, ton caractère et ton acceptation des choses qui m’ont rendue admirative. Tu m’avais aussi interpellé sur les actions d’octobre rose et le Pinkwashing… C’était il y a presqu’un an (que ça passe vite) !

Depuis je me suis détachée des réseaux sociaux et suis moins assidue avec mes twittos…. Et c’est avec le #cestpourellesGate que je découvre que tu es en phase terminale, et que chaque jour est en sursis, et que chaque jour tu luttes. Ton livre nous le faisait entre-apercevoir, mais je suis naïve et pleine d’espoir… J’y croyais moi au happy-end.

Je découvrais donc hier avec stupeur cette ultime attaque… Comme si on voulait accélérer un processus que le cancer a déjà bien entamé.

Cette plainte pour diffamation à ton encontre est une farce, aujourd’hui j’aurais cru à un poisson… Pour la juriste en moi c’est surtout une atteinte à ta liberté d’expression, pour ne pas dire une atteinte à la dignité humaine, question de point de vue. J’étais choquée. Je l’ai dit, comme beaucoup sur twitter et facebook, et j’ai vu toute la journée mes twittas préférées te défendre becs et ongles….

Tu demandes des comptes, tu t’interroges, et en réponse on t’attaque… Je suis désespérée par l’humanité chaque jour un peu plus. Heureusement ce sont des gens comme toi qui me font garder la foi en elle.

Chère Manuela, je te demande pardon pour elle pour cette offense, car même si tu sais emmerder comme personne les gens (je te cite : tu t’es après tout décrite comme une emmerdeuse, et entre emmerdeuses on se comprend), tu ne mérites pas de telles attaques. Tu mérites qu’on te laisse tranquillement cuisiner, écrire, twitter, bloguer et nous faire mourir de faim quand on découvre tes tweets.

Chère Manuela je regrette de ne pas avoir pu venir à ta dédicace à Paris pour te rencontrer. Et je vais rattraper mes lectures sur ton nouveau blog, et te souhaite qu’il soit publié, tu mérites que ta plume le soit.

Chère Manuela, je t’admire toi et ton courage, toi et ta grande gueule, car ton combat me marque comme celui de mon amie Anna qui a succombé aux piqures du crabe à l’âge de 21 ans, il y’a deux ans.

Chère Manuela, continue d’être toi et d’être cette emmerdeuse comme on aime tant, jusqu’au bout et ne lâche rien. Au final, ironiquement, ce sont elles qui ont lâché l’affaire.

Lâche c’est le mot, lâche d’attaquer une personne qui symbolise plus que tout l’objet même leur pseudo association. Lâche car leur stratégie de se plaindre au lieu de se défendre ne trompera la religion de personne.

Tu es peut-être malade, mais tu n’es pas faible, non loin de là. Ce mot n’est pas inscrit dans ton vocabulaire. Et c’est cette image que je garderai, que nous garderons de toi : celle d’une combattante.

Alors ces attaques au ras des pâquerettes on s’en fiche… Et pour reprendre, légèrement modifié de quelques lettres et avec circonstance, ce cher Souchon…

Sans les mots d’amour chéris
Adorables
Laissés sur les messageries
Des portables
Sans les ballons dans nos berceaux
Qui s’envolaient
Sans les seins de Sophie Moreau
Qu’est-ce qu’on fait
On reste On reste On reste.

Chère Manuela, on reste là avec toi et pour toi. Et toi reste avec nous, et résiste.

Publicités

Une réflexion sur “Au ras des Pâquerettes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s